Polar Pod

La question
primordiale

La question était : quel type de vaisseau permet d’offrir des conditions de confort au travail et de sécurité dans les « cinquantièmes hurlants » tout au long de l’année ?

Pour échapper à l’agitation des vagues il faut un navire avec un fort tirant d’eau, pris dans les eaux stables profondes, et une faible surface à l’impact des vagues.

Le POLAR POD est inspiré du FLIP, la plateforme océanographique américaine, toujours en activité après 60 ans au service de la recherche.

Sur le même principe, le POLAR POD sera tracté à l’horizontale jusqu’à la zone d’étude et basculé en position verticale par remplissage des ballasts à l’eau de mer.

Caractéristiques
techniques du polar pod

Cette plateforme de 100 m de hauteur pour un poids de 1 000 tonnes en charge est dimensionnée pour affronter les plus grosses vagues du monde.

Les jambes du treillis sont en acier de 38 à 50 mm d’épaisseur. Le lest du fond pèse 150 tonnes.

La structure de la nacelle est en aluminium et la coque extérieure en acier spécial pour encaisser les plus violentes tempêtes. La construction est certifiée par le Bureau Veritas.

Polar Pod

Zéro émission

Le Polar POD est un vaisseau écologique. Entrainé par le Courant Circumpolaire Antarctique, il aura un impact très limité sur l’environnement.

La nacelle située à 15 m au-dessus de la surface est équipée pour héberger 8 personnes avec 6 mois d’autonomie.

Habitat à « énergie positive » grâce à la performance de l’isolation thermique. Pour alimenter les équipements scientifiques, l’éclairage, les télécommunications, l’informatique, le dessalement d’eau de mer, l’eau chaude et la cuisine, la production d’électricité sera assurée par 4 éoliennes Kingspan de 3,2 kW et des cellules photovoltaïques.

Elle est stockée dans deux packs de batteries au lithium-ion de 50 kWh chacun. Le POLAR POD est “navire zéro émission”.

Très stable en mer

Le POLAR POD est bien plus stable et confortable qu’un navire traditionnel. Avec un tirant d’eau de 75 mètres, ce “navire vertical“ est très stable : 5° de gîte dans le temps moyen de l’océan Austral et un mouvement vertical qui ne dépasse pas 10% de la hauteur des vagues. L’architecture est conçue pour ne pas entrer en résonnance avec la houle. Sa période de pilonnement, mouvement de bas en haut, est de 60 secondes alors que la houle du grand Sud est proche de 20 secondes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ayant pour finalité l'analyse et les mesures d'audience, de fréquentation et de navigation, la définition de services et offres adaptés à vos centres d’intérêt.