Encyclopédie Polaire

FLORE ET FAUNE TERRESTRES ANTARCTIQUES

De l'Antarctique tempéré du tertiaire, il ne reste rien, ou presque. La formation de la calotte glaciaire a fait disparaître la quasi-totalité des plantes à fleurs et tous les animaux terrestres supérieurs (les manchots et les mammifères sont marins.). Seuls quelques invertébrés supportent l'hiver polaire, sur les rares étendues laissées à découvert par la glace (2 % de la surface totale). La vie antarctique la plus riche se trouve sur la péninsule, où l'influence adoucissante de l'océan permet la croissance d'une certaine couverture végétale.


Il n'existe que deux espèces de plantes à fleurs au sud du 55e parallèle : une graminée, la canche antarctique (Deschamp sia antarctica) et la sagine polaire (Colobenthus quitensis), poussant en coussins.


Des bancs de mousses recouvrent les terrains humides et des lichens -à la fois algue et champignon- tapissent les rocs plus secs. Moins riche que les îles de l'arc du Scotia ou la péninsule, le continent proprement dit ne recèle que 100 espèces de mousses, 200 de lichens et une seule hépatique (Cephaloziella exiliflora). Cette végétation est adaptée pour retenir le peu d'eau, supporter le gel et tirer parti de la longueur du jour polaire (photosynthèse souvent active jusqu'à 0 °C). Des lichens vivent jusqu'à 86°S, soit 400 km du pôle, et même dans les « vallées sèches », supportant -60 °C et 16 % d'humidité. Dans les Orcades du Sud et les Shetland du Sud, il existe des tourbières de plusieurs milliers d'années (taux de croissance d'environ 1 mm par an). 

Les algues non marines sont présentes sur le continent. La plupart sont microscopiques. Elles se multiplient au fond des lacs et tapissent les graviers des sols humides, colorant parfois le sol (algues bleues) ou la neige (algues à pigments rouges). Champignons, levures et bactéries vivent également dans les fentes rocheuses et dans le sol.

De petits invertébrés à cycle de reproduction rapide peu¬vent seuls tirer profit de l'été antarctique. La succession de tous les stades larvaires demande parfois plusieurs hivers. On rencontre des acariens, des nématodes, des tardigrades, des collemboles, des moucherons et des rotifères. Le géant de l'Antarctique est un moucheron sans ailes de 12 mm : Belgica antarctica. D'autres invertébrés vivent dans les lacs (crustacés copépodes) ; d'autres encore prolifèrent en parasites (poux, tiques, vers...) sur ou dans le corps des animaux supérieurs.

Flore et faune terrestres des îles subantarctiques, plus riches que celles de l'Antarctique toujours limitées à quelques espèces endémiques, sont développées dans les fiches de géographie. 

Pour plus de détails :

Livres

  • L’Antarctique (Trad. Avérous/Mazin)
  • Livre de Greenpeace (May)
  • À la découverte des TAAF (Hureau, Muséum d’histoire naturelle de Marseille)

Soutenir le projet avec une donation

L’expédition POLAR POD est de la trempe des pionniers, une aventure humaine doublée d’un défi technologique, une exploration océanographique jamais réalisée qui fera date dans la découverte des océans.

Merci pour votre soutien dans ce projet !

Faire un don
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ayant pour finalité l'analyse et les mesures d'audience, de fréquentation et de navigation, la définition de services et offres adaptés à vos centres d’intérêt.